L’histoire de la Cortez. Chapitre 1

Cortez. Chapitre 1

ET LA CORTEZ CREA NIKE

La Cortez possède un design unique pour une chaussure de sport : relativement plate, avec une tige (nom donné à la forme du dessus de la chaussure « upper ») longue, qui n’a pas toujours été vraiment facile à porter pour les femmes. Elle allonge le dessus du pied et pourtant de profil, offre une silhouette très fine, presque enfantine. C’est une chaussure qui épouse bien le pied, notamment quand elle est traitée en nylon. Elle crée tout de suite un look différent, et permet avec une tenue sobre, voire classique, de donner une touche fraîche à la tenue.

Une femme qui porte des Cortez a instantanément un style.

Elle fête en ce moment ses 45 ans, et la jolie Bella Hadid représente cette chaussure qui est une des meilleures ventes de baskets en France.

Mais cette sneaker possède une histoire fascinante et marque avant tout le symbole de l’entrée de Nike dans l’Histoire du sport et du sportswear :

Nike est née de la collaboration passionnée de 2 hommes, fous de course à pied : Bill Bowerman et Phil Knight. Bill, entraineur à l’université d’Oregon et Phil Knight, passionné de sports et de baskets suite à son voyage au Japon à la fin de ses études. Lors de ce voyage, il découvre à Kobe la marque Onitsuka Tiger (qui fusionnera plus tard et deviendra Asics) et décide d’importer des modèles de la marque aux Etats Unis. Ces 2 hommes, Bowerman, homme ingénieux et à la recherche constante d’innovations pour améliorer les performances de ses coureurs, et Phil Knight, qui occupe tout d’abord un poste de comptable parallèlement à sa petite affaire de distribution de baskets, vont révolutionner le monde du sport, du sportswear et de l’histoire du style pour toujours.

La Marque Blue Ribbon Sport nait en 1964.

Le partenariat avec Onitsuka se renforçant et Bowerman montrant aux japonais sa capacité à innover, une chaussure nait de la collaborations des marques japonaise et américaine : La Cortez, co-designée par Bowerman et l’équipe d’Onitsuka. La Cortez doit porter le nom  de « Aztec » en l’honneur des JO de Mexico en 1968. Mais l’inconscient collectif est toujours très puissant, et Adidas lance une une paire de pointes (chaussures de running pour la piste) nommées Aztec Gold, également pour les JO.

Il leur est ainsi impossible d’appeler cette nouvelle chaussure de ce nom. La légende dit que Bowerman aurait demandé à Knight « Comment s’appelle le gars qui a démoli les Aztèques », « Cortez » lui aurait-il répondu. (source « L’Art de la Victoire » de Phil Knight), et la légende pu commencer, en 1967.

Et ce ne fut que le commencement. Un succès phénoménal. Elle est annoncée dans le catalogue de 1967 comme : « La chaussure conçue pour être la meilleure sur longue distance au monde. Semelle intercalaire spongieuse et talon qui absorbe le choc routier; Semelle extérieure haute densité pour des miles supplémentaires d’usure. » Mais le partenariat avec Onitsuka va se déliter peu à peu, la firme japonaise essayant de trouver de nouveaux distributeurs pour la marque aux Etats Unis et Nike voulant bien sûr conserver l’exclusivité du territoire.

Les 2 fondateurs de BRS décident ainsi de fonder leur propre marque de Sport et de chaussures de Sport. Ce sera Nike, nom apparu dans un rêve de Jeff Johnson, premier commercial de BRS. La marque est officiellement créée en 1972. Mais la chaussure qui fut co-créée fait l’objet d’un litige : à qui appartient le modèle Cortez ? Onitsuka ou Nike ? La justice tranche de manière équitable : les 2 firmes peuvent utiliser le modèle, mais seule Nike peut utiliser le nom Cortez.

C’est une immense victoire. Car le modèle est déjà très populaire. Un tournant décisif dans l’histoire de Nike.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *